Cet article a été publié sur le site O’Cercle – Génie entrepreneurial, rédigé par Mme Louise Beaudoin. Si vous désirez communiquer avec Mme Beaudoin et en savoir plus sur le codéveloppement, écrivez à : lbeaudoin@adherezocercle.com

Louise Beaudoin, O'Cercle - Génie entrepreneurial

Le 11 février dernier, quinze entrepreneurs suivis par le groupe Gestion/croissance du SAJE se sont réunis pour en apprendre un peu plus sur le codéveloppement et essayer cette méthode particulière de partage d’expertises. J’ai eu le privilège d’animer cette première rencontre.

Bien que ce soit une méthode utilisée depuis des années, notamment par le Groupement des chefs d’entreprise du Québec, l’appellation « codéveloppement » fait à peine son entrée dans le milieu entrepreneurial. Mais qu’est-ce donc que le codéveloppement?

La plupart des entrepreneurs sont conscients qu’ils ont beaucoup à apprendre sur la gestion d’entreprise.

Le web, les livres, les ateliers, conseillers et autres sont d’excellentes façons de travailler son « développement » pour qui veut y mettre temps et argent. Toutefois, si on décide d’aller du côté du codéveloppement, c’est bien à cause de ces deux petites lettres « C O ». C’est pour l’aspect social et collectif. C’est parce qu’on accorde de la valeur à un apprentissage qui laisse large place aux expériences vécues par les entrepreneurs, au feed-back provenant de collègues qui se trouvent à peu près au même stade de développement que nous. C’est aussi parce qu’on est convaincu qu’on peut améliorer ses compétences et enrichir sa pratique en partageant à l’intérieur d’un groupe auquel tous contribuent par leur personnalité et par la diversité de leurs expériences personnelles et professionnelles.

On peut mettre beaucoup de choses dans une rencontre de codéveloppement, mais ce qui se retrouve au CŒUR du processus, c’est la consultation. À tour de rôle, chacun prendra le rôle de client alors que les collègues entrepreneurs prendront le « chapeau » de consultants. Chacun expose sa problématique qui est souvent étroitement liée avec l’urgence du moment : stratégie qui semble boiteuse, ressources humaines qui font défaut, outils pour nous faire gagner du temps, tous les problèmes de gestion sont susceptibles d’y passer et bien plus encore. Le problème urgent de l’un peut être le deuxième de la liste de l’autre donc à partir de chaque « client » on apprend quelque chose qui peut nous servir aujourd’hui ou nous servira demain ou à un autre moment de notre vie d’entrepreneur.

Les bénéfices d’une telle formule sont nombreux le premier, très important et souvent négligé, étant de permettre de sortir de l’isolement. Ça nous permet aussi de prendre du recul et avoir un feedback neutre et externe par rapport à notre projet d’entreprise, de faire une réflexion collective sur un problème qui nous appartient, de trouver des pistes de solutions et sans contredit, de réduire de beaucoup la courbe d’apprentissage.

Comme vous pouvez le constater, les avantages du codéveloppement sont nombreux pour l’entrepreneur qu’il soit en démarrage, croissance ou expansion, dans la mesure où il est prêt à y mettre le temps requis ce qui est non-négligeable quand justement on manque de temps…

Je pourrais vous parler pendant des heures et des heures (des pages et des pages) des caractéristiques et avantages du codev mais…. Il n’y a rien de mieux que de vivre la « magie » pour le comprendre…  Si vous voulez mettre un peu de magie dans votre vie, n’hésitez pas à communiquer avec moi!

Vous trouvez que cet article est pertinent? N'hésitez pas à en faire bénéficier votre entourage en le partageant sur les médias sociaux!

One Response to “Les entrepreneurs à l’ère du codéveloppement!”

  1. Reynaldo Marquez Says:

    Il y a une marge entre l’idée et l’exécution en effet. Voilà ce qui me frappe le plus de votre billet. La marge entre l’idée et l’exécution peut parfois valoir plusieurs milliers voire des millions de dollars. J’ai écrit moi-même un billet sur l’idée versus l’exécution sur mon blogue Forcepme.com, en date du 9 février 2011. Permettez-moi d’y référer. Il s’inscrit en ligne directe avec vos propos.

    Cordialement,

    Reynaldo Marquez

Publier un commentaire