Rachel et Michel sont deux entrepreneurs que j’avais l’habitude de croiser. Lors des 5@7 organisés par le SAJE, tout d’abord, mais aussi virtuellement, au visionnage de vidéos corporatives sur des sites web variés. J’ai voulu en savoir plus sur eux et par la même occasion, vous les présenter.

Bonjour Rachel, Bonjour Michel, est-ce que vous pouvez nous parler un peu de votre parcours?

Rachel : J’ai une formation en beaux-arts et une Majeure en Film Production de l’université Concordia. Par la suite, j’ai fait quelques projets en arts médiatiques et j’ai travaillé dans un centre d’artistes autogéré et dans le monde communautaire. C’est dans une télévision communautaire et œuvrant en tant que pigiste pour différents projets vidéo que j’ai vraiment développé le goût de la vidéo légère. Ces dernières années, j’ai travaillé dans le domaine des communications pour différents organismes, où j’ai pu mieux comprendre le besoin en production vidéo des entreprises.

Michel : C’est à Victoriaville que j’ai entendu pour la première fois la douce voix de Rachel au téléphone. J’ai tout de suite eu l’impression que nous allions être de bons amis. Notre rencontre est une suite de chassés-croisés, car, bien que nous partagions tous deux dès un jeune âge une passion pour le cinéma, nous avons suivi des trajets différents pour nous y rendre. Notre rencontre coïncide aussi avec notre découverte de la vidéo légère comme mode de production au sein d’une des plus importantes télévisions communautaires du Québec : la Télévision communautaire des Bois-Francs. Cette époque marque les débuts de l’ère de la vidéo numérique; nous baignions dans l’enthousiasme effervescent d’accéder à une qualité intéressante à peu de frais, alors que beaucoup d’acteurs des industries télévisuelle et cinématographique subissaient une détérioration de leurs conditions de travail.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de partir en affaires?

Rachel : Ayant toujours été contractuelle, il m’a semblé que devenir entrepreneure était la suite logique de mon parcours professionnel. De plus, en cofondant Rachel et Michel, j’ai voulu mettre en commun mes différentes expériences en communications, production vidéo et gestion de projets. L’envie vient aussi du désir de conjuguer ma personnalité et mes habiletés avec celles de Michel.  Nous voulions faire un produit vidéo qui nous ressemblait, selon notre vision particulière de la production vidéo.

Michel : Pour moi, il s’agit surtout de certaines affinités naturelles. J’ai toujours eu une vision précise des entreprises au sein desquelles j’ai travaillé, un intérêt pour la finalité de mon travail. Aussi, à l’extérieur du travail et même aussi loin que je peux me souvenir, j’ai toujours eu une propension à monter des projets artistiques, techniques et associatifs. J’ai par ailleurs une insensibilité au risque et un gout de l’aventure, qui font que la transition d’employé à employeur s’est opérée facilement. De plus, je me suis découvert un goût réel pour la vente, dont j’ignorais totalement l’existence.

Lors de notre colocation en appartement, nous avons passé 6 mois à comploter différents projets vidéo. Par la suite, malgré nos emplois, nous avons trouvé le temps de collaborer à des contrats ensemble. Pour ma part, ça me semblait la manière la plus simple de travailler avec Rachel.

Jusqu’ici, qu’est-ce que vous préférez dans votre vie d’entrepreneur?

Rachel : La possibilité de gérer un projet de A à Z, de pouvoir conjuguer mes intérêts personnels et professionnels de manière plus organique. J’aime aussi l’idée qu’il n’y ait pas de limites, en plus d’avoir le sentiment de participer directement à la vision et à l’épanouissement de mon entreprise.

Michel : De mon côté, l’impression, de changer le monde… Je n’ai pas le profil du bâtisseur, de la personne qui rêve d’être son propre patron, d’avoir sa propre entreprise. J’aime cependant me pousser plus loin et je n’ai pas la patience d’attendre que la boîte s’adapte aux nouvelles réalités de la vidéo, ce qui me causait, lorsque j’étais employé, une certaine frustration. Les entreprises sont lentes sur cet aspect, même lorsqu’il y a une volonté de changement.

Lancer son entreprise, c’est beaucoup plus petit et moins prestigieux qu’une entreprise qui a fait ses preuves, mais c’est tout de même un Far West modeste où tu défriches et où chaque petit pas pousse la frontière un peu plus loin. Tu y vois davantage l’horizon.

 

Une semaine dans la vie de l’entreprise Rachel & Michel, ça se passe comment?

Rachel : Chaque semaine est différente de la précédente, mais nous avons quelques éléments ponctuels. Nous avons habituellement une rencontre en début de semaine et le reste du temps s’organise en fonction des dossiers.

Michel : Au moins, la moitié de la semaine est consacrée à la production, ce qui implique de préparer l’équipement, de se rendre au lieu de tournage et de capter les plus belles images possible, en plus du meilleur son, sans pour autant trop filmer de matériel pour ne pas surtaxer Rachel au montage. Je passe ensuite le flambeau à Rachel, qui monte les images et commande la musique. Ensuite suivent les 60 à 90 secondes les plus excitantes du travail, où on visionne le résultat préliminaire du projet.

Un quart du temps est voué à la gestion et la prise de décision… disons un gros quart, surtout au début. Il est important de bien réfléchir avant de mettre un processus en place, car ça crée un précédent; la vigilance est de mise.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné?

Rachel et Michel : Le meilleur conseil est celui qui se trouve à la base de ton arbre. Des dizaines de branches partent dans toutes les directions sans pour autant se détacher de ce tronc commun, qui est un pilier propre à la culture de ton entreprise. Donc, à chacun son meilleur conseil. Pour nous, un moment décisif a été une boutade d’un conseiller au SAJE qu’on estime beaucoup: Hugo Francoeur. Notre stratégie de vente nous titillait et mettait en lumière notre ignorance des affaires. Par conséquent, nous attendions avec impatience le mot de notre conseiller pour trancher cette question. Si je me souviens bien, ladite question était : «Devrait-on fixer nos prix élevés immédiatement, en prévision de l’augmentation des coûts d’une entreprise, ou devrait-on monter nos prix graduellement ?» Je pense qu’on se demandait aussi comment fixer les frais d’administration, soit un pourcentage ou un montant fixe; on s’interrogeait au sujet des normes. La réponse laconique de Hugo Francoeur a été de nous renvoyer la balle en disant que c’était nous les experts. Qu’il y a des entreprises qui augmentent les prix au fur et à mesure, tandis que d’autres les mettent élevés dès le début.

Pour nous, ça voulait dire continuer à solliciter l’expertise d’autrui, de faire ses recherches d’informations, de se faire une tête, mais en fin de compte, c’était de faire confiance à la petite voix de notre for intérieur. Écouter attentivement l’environnement, puis ensuite s’écouter.

Avez-vous des conseils pour les entrepreneurs qui souhaitent se faire connaître?

Rachel et Michel : Choisissiez quelques niches précises pour effectuer votre réseautage et concentrer vos efforts pour vous y faire connaître. N’ayez pas peur de vous frayer dans des milieux qui sont hors de votre domaine. Soyez alertes et créatifs aux opportunités. N’ayez peur des échanges de services, ce qui veut dire ne pas seulement voir en un client quelqu’un qui peut vous acheter biens et services, mais aussi un fournisseur qui peut vous vendre biens et services.

Finalement, renseignez-vous et profitez des ressources existantes dans votre communauté d’affaires, qu’elles soient géographiques ou liées à votre secteur d’activité, et participez aux événements qui vous intéressent.

Avez-vous des projets dont vous aimeriez nous parler?

Rachel et Michel: Nous célébrons notre première année d’existence et nous allons en profiter pour lancer quelques projets spéciaux qui verront le jour dans les prochains mois.

Notamment, nous allons faire tirer deux vidéos d’une valeur totale de 1000 $ à tous nos amis Facebook d’ici le 1er septembre. Nous travaillons actuellement sur plusieurs projets qui seront diffusés sur notre site internet, notamment une collaboration avec le festival Startup.

En attendant, vous pouvez nous découvrir en visionnant notre bande démo.

Découvrez les services de Rachel et Michel from Rachel_et_Michel on Vimeo.

Merci à tous les deux!

 

Vous trouvez que cet article est pertinent? N'hésitez pas à en faire bénéficier votre entourage en le partageant sur les médias sociaux!

Publier un commentaire