11
oct
publié par: Carole Tineo

Hugo Francoeur vous donne régulièrement ses conseils de formateur en entrepreneuriat. Aujourd’hui, il vous donne 3 conseils en vente, domaine dans lequel il cumule plusieurs années d’expérience.

N’embrouillez pas le client. Votre client est intéressé au 3e des 12 points que vous voulez présenter? Arrêtez-vous là. Ne faites pas d’over selling. À trop en faire, on risque de tout perdre.

Arrêtez de prospecter! Et c’est un vendeur qui vous dit cela. Suspectez plutôt. Est-ce vraiment un client potentiel ou est-ce que je lui fais perdre son temps? Ou, pire encore, le mien. Sachez aussi que c’est beaucoup plus facile et moins coûteux de vendre à un client acquis que d’en démarcher de nouveaux. Faites d’abord un tour de ceux-ci avant de s’attaquer à un autre.

Soyez intéressé plutôt qu’intéressant. Quand, dans les cours de Vente-conseil lors d’exercices pratiques, je vois un étudiant vendre son projet à l’autre, il est toujours intéressant, mais il ne s’intéresse pas au besoin de son client fictif. Le mot « vendre » est profondément ancré dans notre système comme une obligation de convaincre quelqu’un en poussant quelques faits et caractéristiques. Si vous ne connaissez pas les besoins en n’ayant pas posé assez de questions, reformulé et validé les réponses vous risquez fort de ne pas proposer la bonne chose.

Avez-vous d’autres conseils de vendeur à partager?

 

Image de bbplanet sur Free digital photo

Vous trouvez que cet article est pertinent? N'hésitez pas à en faire bénéficier votre entourage en le partageant sur les médias sociaux!

2 Responses to “3 actions simples pour mieux vendre”

  1. Michel de Silva Says:

    N’embrouiller pas le client est un bon point. Ce que je trouve étrange et mystifiant c’est lorsque l’autre personne donne des signaux mixtes de manière à ce que je me sens forcé de me rendre à 12 points sans jamais sentir autre chose qu’une indifférence intéressée. Ça sert à rien d’être poker face quand on écoute un pitch.

    Il y a aussi un point qui me mystifie quand on tente de me vendre un service. Évidemment il y a différents types d’acheteurs, mais moi je suis du type à vouloir un prix. Souvent même lorsque je demande une fourchette de prix approximatif, les gens refusent de répondre ou éludent la question… Pour ma part je n’attends jamais que la personne pose la question.

    J’aime la caricature, c’est vrai que l’économie roulerait avec de gros sourires si la ville était peuplée de Hugos Francoeurs

  2. Christine Cote Says:

    L’écoute…la règle du 10%parler-80%ecouter/questioner-10%répéter/conclure. Pour cibler les besoins des clients avant de leur proposer une solution et de bien répondre à leurs besoins (incluant le budget aloué). Ce que je dédeste au plus haut point est un vendeur qui essaye de te mouler à ce qu’il veut te vendre (créer un faux besoin) et non te vendre quelque chose qui vient s’adapter à tes besoins réel. Comme la personne le dit plus haut aussi quand un suposé vendeur te débale tout évidment sans prix, n’écoute rien et essaye de peine et misère de contourner la question du prix, c’est très mauvais ça « brûle » les clients puis c’est le type de vendeur qui doit faire de la propection continuelle car il n’y a aucune fidélisation…Pour les entrepreuneurs qui recherche des employers en vente-conseil, je vous suggère les futur diplômés en vente-conseil de l’ÉMICA à Montréal(il y a aussi secrétaires, comptabilité, informatique & DEP en vente-conseil de 900h, ils font aussi des stages en entreprises). De plus les employeurs ont la possibilité de venir en classe (pour plus d’information svp contacter la personne responsable des stages). Perso quand mon entreprise sera mise sur pied c’est là oú j’irai engager mes futurs employers, j’y est fais ma formation alors je comprends en quoi ça consiste et j’en suis très fière! Bonne journée à tous & bon succès! :-D

Publier un commentaire