Le SAJE a rencontré des experts en placements et en assurances de chez Coaching Financier TREK pour obtenir leurs conseils et vous en faire bénéficier. Voici quelques conseils de base pour alimenter vos réflexions.

1- Faites des choix éclairés parmi les types d’assurances destinées à des entrepreneurs ou travailleurs autonomes.

Il faut souvent composer avec des ressources financières restreintes en phase de démarrage d’entreprise, mais le besoin de protection en cas de décès, d’invalidité ou de maladie grave n’est pas négligeable pour autant.

La protection la plus importante en matière d’assurance pour vous et votre famille est l’assurance invalidité. Elle permet de maintenir en place jusqu’à 70% de votre revenu mensuel net en cas d’arrêt de travail prolongé. Cette solution est modulable, c’est-à-dire que les montants des primes et des indemnités peuvent être changés à mesure que votre situation évolue. Fait à noter : 50% des primes que vous payez pourraient vous être remboursées après un certain temps, si vous n’avez rien réclamé!

Il existe aussi l’assurance maladie grave. Celle-ci permet le maintien de votre style de vie ou de votre entreprise en cas d’un AVC ou d’une crise cardiaque, de diagnostic d’un cancer ou d’autres maladies (jusqu’à 22 maladies peuvent être couvertes chez certains assureurs.) Il est important de noter dans ce cas-ci que les primes pourraient vous être remboursées à 100% après un certain temps, si vous n’avez rien réclamé*

La troisième est la plus connue : il s’agit de l’assurance-vie. La majorité des gens ont une assurance temporaire (celle qu’on nous vend avec notre hypothèque), qui a l’avantage d’être très abordable. L’assurance permanente, constitue quant à elle une solution fiscalement avantageuse pour ses propriétaires. En effet, des participations exonérées d’impôts (valeurs de rachat) s’accumulent dans la police et permettent d’être, en plus d’une simple protection, un excellent complément de retraite pour plus tard.

2- Prenez des précautions, si vous avez des associés.

C’est facile de prendre des décisions d’un commun accord lorsque deux partenaires en affaires sont en bonne santé et envisagent l’avenir de la même façon. Il peut en être tout autrement quand l’un des deux devient invalide ou décède. Une convention entre actionnaires permet de déterminer objectivement ce qu’il adviendra de l’entreprise à des moments spécifiques et importants de la vie de ses actionnaires.

La convention d’actionnaires est un contrat ayant force obligatoire, conclu entre les propriétaires d’une entreprise. Elle sert à indiquer préalablement ce qui se passera si un des propriétaires meurt, devient invalide ou gravement malade et est contraint ou décide de quitter l’entreprise. Par exemple, imaginez que votre partenaire d’affaires décède et que sa famille hérite de ses parts : la convention permettrait d’assurer que les actions ne soient pas héritées par défaut.

Toujours en cas de décès, sachez que si votre associé et vous avez des assurances-vie, le montant en assurance permet à l’entreprise de racheter les parts du défunt et de rapidement régler les sommes dues à sa succession. Cela simplifie grandement les litiges potentiels reliés au processus successoral du défunt et protège ainsi les autres associés.

L’assurance rachat de parts en cas d’invalidité, permet quant à elle de protéger les associés en cas d’invalidité prolongée. Comme son nom l’indique, elle permet aux autres associés de racheter les parts de l’associé invalide, généralement après 12 à 24 mois d’invalidité.
3- Protégez vos actifs personnels des créanciers en cas de faillite ou de poursuite.

Investir dans un « Fonds distincts » est une excellente façon de protéger son épargne contre un revers de fortune. Ces fonds sont disponibles pour toute catégorie d’investissement (REER, CÉLI, CRI etc) et sont légalement considérés insaisissables. Ces fonds, offerts uniquement par les grandes compagnies d’assurances, agissent au même titre qu’un fond commun de placement. Un fond distinct comprend un bénéficiaire nommé qui rend donc l’investissement légalement protégé contre tout type de créanciers et poursuites (en cas de faillite, par exemple.)

En tant qu’entrepreneur ou travailleur autonome, vous évoluez dans un monde incertain. Il peut être rassurant de prendre des précautions. Pour en savoir plus, nous vous invitons à contacter les experts de TREK en cliquant ici.

N’hésitez pas à leur poser vos questions!

Vous trouvez que cet article est pertinent? N'hésitez pas à en faire bénéficier votre entourage en le partageant sur les médias sociaux!

One Response to “3 Conseils financiers pour les entrepreneurs en démarrage”

  1. En vrac, à lire sur le Web… #5 | blogue.agentsolo.com Says:

    […] 3 Conseils financiers pour les entrepreneurs en démarrage […]

Publier un commentaire