C’est l’histoire d’une entrepreneure et de sa jeune entreprise. Judith Fetzer, début trentaine et nouvelle maman,  co-fondatrice de COOK It, entreprise qui, à moins de trois ans d’existence compte 20 employés.

« J’ai toujours voulu lancer une entreprise, c’était clair pour moi que j’allais faire ça dans la vie! »

La jeune femme, diplômée d’un baccalauréat en administration, a fait ses premières armes en démarrage d’entreprise. Elle démarre un magasin de meubles, puis aide au démarrage d’une boutique de mode pour des amis. Elle tente de démarrer une entreprise en Afrique : fiasco total!

Alors qu’elle admire des entreprises montréalaises émergentes qui utilisent le Web pour se démarquer, une amie lui parle d’un concept vu à l’étranger qui allie le domaine de l’alimentation au commerce en ligne. Judith, qui travaille alors en restauration, y voit une opportunité de rêve!

L’idée mijote et prend la forme d’un plan d’affaires qu’elle écrit, réécrit et peaufine avec l’aide d’une conseillère au SAJE dans le cadre du programme Soutien au travail autonome (STA).

«Le soutien financier de la mesure STA a été d’une aide incroyable. Ça m’a permis de subvenir à mes besoins pendant un an,  de ne pas m’inquiéter pour la sécurité financière et de me concentrer sur mon projet d’affaires pour un an complet

En juin 2014 naîtra COOK It que Judith décrit comme un livre de recettes 2.0., commandé en ligne, livré chez soi. La fameuse boîte contient tous les ingrédients d’une recette choisie facile,  réalisée en 4 à 6 étapes en moins de 30min.

« On fait des gens de meilleurs chefs au quotidien! » Avouez que le pitch est convaincant…

Un an plus tard, dans cette même salle du SAJE où Judith présentait son concept pour obtenir le soutien financier de la mesure STA, elle livre un autre pitch, cette fois pour convaincre le jury du Concours québécois en entrepreneuriat. Elle gagnera le Grand Prix Druide lors du Gala du Concours pour la région de Montréal.

Peu après, c’est au tour des Dragons d’être séduits par le concept de son entreprise et d’y investir.« Mon passage au Dragon est l’une des choses les plus stressantes que j’ai vécue! Nous savions au moment de lancer l’entreprise que nous allions faire tout notre possible pour passer à l’émission. »

La stratégie de communications de COOK It a visé juste : près d’un million de téléspectateurs du Québec connaîtront ses services via l’émission. Peu après, COOK It étend ses services à la province toute entière!

« On s’est vite rendu compte les premiers mois qu’on avait créé une business d’opérations et de logistiques. En effet, dans une boîte, qui peut contenir plusieurs recettes, il y a parfois 60, voire 80 d’ingrédients! Mais la beauté de notre modèle d’affaires est que nous n’avons pas à faire de gestion d’inventaire ou de stocks. Chez COOK It, tous les aliments sont achetés en ayant été vendus au préalable. Quand on sait que, dans le domaine alimentaire, (supermarchés ou restaurants), c’est parfois 50% des aliments comestibles qui sont jetés aux poubelles, c’est crucial comme avantage! Et les gens évitent aussi le gaspillage à la maison  parce qu’on fournit les quantités exactes dont ils ont besoin. »

Balbutiements du début

« Nous avons appris de nos erreurs. Au début nous avons payés trop cher pour plusieurs contrats au lieu d’utiliser nos contacts et même de faire des échanges de service. On doit s’entourer du monde compétent et si ça ne fonctionne pas, faut passer à autre chose! »

Judith est justement une fille de contacts. Avec ses nombreuses connaissances dans la restauration elle a vite vendu le concept COOK It à des gens influents.  COOK It investit peu dans le référencement Web. Elle préfère exploiter à fond un médium comme Facebook. L’entreprise s’est même vue décernée une mention par Facebook PME pour son utilisation commerciale de la plateforme. « Nous apprenons au fil du temps : essais et erreurs obligent! »

Au moment de faire l’entrevue Judith attend un bébé. Elle avoue que la grossesse d’une entrepreneure est parfois un sujet un peu tabou. Oui, elle avoue avoir vécu une angoisse certaine dans le fait de devoir planifier la venue d’un premier enfant en étant aux commandes d’une jeune entreprise. Mais justement, tout réside dans l’art de planifier, compétence cruciale à l’entrepreneur modèle!

« J’ai planifié de l’aide à la maison, je délègue bien. Je voulais justement reprendre mon souffle après cette année de démarrage folle. La venue du bébé m’a forcé à prendre du recul. »

Quelques mois plus tard…

Tout le monde se porte bien. Judith est aujourd’hui une maman-chef-d’entreprise pétillante et comblée qui arrive à bien gérer son temps et ses priorités.

Chapeau!

Plus d’infos sur le programme Soutien au travail autonome

VOYEZ L’OFFRE DE COOK It

Vous trouvez que cet article est pertinent? N'hésitez pas à en faire bénéficier votre entourage en le partageant sur les médias sociaux!

Publier un commentaire