Rodolphe Barrère est le cofondateur de POTLOC, la plateforme Web qui aide les commerces en démarrage à trouver la bonne communauté dans laquelle s’implanter. Son équipe conseille des centaines d’entrepreneurs sur l’optimisation de leurs campagnes promotionnelles sur Facebook. Il nous présente les erreurs fréquentes à éviter pour maximiser vos campagnes payantes sur ce média très puissant.

  1. AB testing101

Avant d’investir tout leur budget sur une publicité spécifique, les entrepreneurs oublient trop souvent de tester leurs promotions.

L’AB testing consiste à comparer deux versions ou plus (A et B ou même A,B et C) d’une même publicité sur une même audience et avec un même budget.

« Quand on fait des pubs pour nos clients, on test plusieurs versions. On test un message A et B, on peut aussi tester deux images sur un même message. On dépensera un petit budget (autour de 30$par exemple) et on mesure l’intérêt suscité pour chacune des versions avec le coût par clic. On mettra le reste du budget sur la pub qui fonctionne le mieux. Cela permet d’économiser. Une image différente peut parfois diviser par 2 votre coût par clic. On peut même repartir de notre pub modèle et refaire du AB testing avec des variations sur le thème. Le AB testing c’est un « never ending story »… Tout dépend de votre budget et du temps dont vous disposez pour faire vos campagnes. »

Le coût par clic (CPC) est une donnée statistique d’analyse fourni par le gestionnaire de publicité de Facebook. Il divise le montant investi pour une seule publication de campagne par le nombre de clics qu’elle a obtenu.

  1. Cibler ses audiences

En investissant vos dollars, Facebook vous propose plusieurs variables à sélectionner pour rejoindre une audience spécifique. Situation géographique, âge, sexe, niveau de scolarité, centres d’intérêts,etc.

« Je recommande de diviser le budget pour viser des audiences distinctes. Pourquoi ? Le message choisi pour chaque audience pourra être plus précis, plus personnalisé. Un exemple ? Votre pitch qui vise les foodies montréalais est : « Hey ! Voici une offre pour les foodies montréalais! ». C’est bien, mais voici mieux : « Étudiants foodies de Villeray, cette offre est pour vous! » Ainsi, les internautes se sentent plus interpellés et auront plus de chance de cliquer sur votre pub. Attention toutefois de ne pas multiplier les petits pains. Facebook exige de toute façon un minimum d’investissement de 5$ par jour, par groupe de pub. »

D’ailleurs, au moment de cibler les audiences, plusieurs utilisent la catégorie « Intérêt ». Ces intérêts des utilisateurs sont déduits de leurs activités sur le média social, de leur formation, de leur emploi, des pages qu’ils aiment ou de groupes Facebook auxquels ils appartiennent.

« Il existe aussi la catégorie « Comportement » qui est à mon avis plus révélatrice que les intérêts. Facebook vous permet ainsi de rejoindre les utilisateurs selon leurs comportements d’achat,  l’appareil qu’ils utilisent (par exemple le iphone dernier cri).  Par exemple, si votre entreprise  fait du B2B, elle pourra viser les individus qui sont administrateurs de page Facebook de petites entreprises. »

  1. Pas d’accroche !

Oubliez un texte promotionnel qui ressemble à une longue narration ou une description touffue. « Vous avez tout intérêt à dire peu et à piquer la curiosité avec une phrase de style journalistique. Pensez au ton et à la concision des grands titres de nouvelles. »

  1. Tout miser sur le texte

Vous avez songé, travaillé et retravaillé votre phrase d’accroche ? Oui c’est important mais…Rodolphe nous le rappelle : « 80% de la décision de cliquer sur une promotion Facebook dépend du visuel qui l’accompagne ! Les entrepreneurs que l’on aide ont de la difficulté à créer des visuels pour leur commerce à venir, car justement, celui-ci n’existe pas encore. L’exemple typique : des photos de bouffe faites maison qui ne sont pas attrayantes. Il existe à cet effet des banques de photos gratuites ou à faible coût.  ( Unspalsh, Pexels,  Lifeofpix.) »

  1. Soyez logique avec la langue

Adressez-vous à votre audience dans la bonne langue. Ça vous parait logique. Mais encore… « Une erreur commune est de faire une publication avec un texte traduit dans les deux langues. Vaut mieux cibler son audience avec le critère de langue sur Facebook, puis faire deux annonces distinctes. »

Maintenant que vous avez appris de l’expérience des autres et que vous pouvez éviter quelques faux pas, lancez-vous ! Bon succès !

—————–

Vous avez besoin d’un coup de pouce quant à votre usage de Facebook en affaires ? Voici un atelier qui peut vous aider : Optimisez votre page Facebook d’entreprise

Cet article est écrit dans le cadre de l’initiative :

 

 

 

 

 

 

Pour d’autres articles conseils sur des solutions numériques en affaires, consultez le www.succesnumerique.org

Vous trouvez que cet article est pertinent? N'hésitez pas à en faire bénéficier votre entourage en le partageant sur les médias sociaux!

Publier un commentaire